DEVELOPPEMENT‎ > ‎Stratégies‎ > ‎

Skol association ou sections de skol?

En préalable à cette article, il convient de noter qu'il n'y a pas de solutions toutes faites ou de modèles à suivre. Nous vous présentons ce que nous faisons, certains y trouveront un intérêt parce que ça correspond à leur situation. Ce qui est présenté est le cas de Rennes où le gouren a du mal à être visible au sein même de Rennes, mais pas sur les communes aux alentours.

Ici sur Rennes, nous encourageons le développement de sections du skol gouren roazhon, par la création de sections conjointes avec d’autres associations déjà implantées dans la commune dans laquelle nous voulons créer une activité gouren. Nous allons en avoir bientôt 4 : la section conjointe Pacé (avec le club olympique de Pacé), la section conjointe à Parthenay de Bretagne avec une association bretonnante (Filaj du Man) ; la future section conjointe de Breteuil et une section conjointe handisport avec handisport rennes club (qui est encore en dormance mais devrait être réactivée sous peu).

Créer une section conjointe permet un partenariat où le skol d’origine apporte toute l’animation de la section, et licencie / à la Fédé. L’autre association avec qui on crée la section conjointe permet d’apporter une légitimité historique vis-à-vis de la commune d’accueil, nous met le pied à l’étriller. Grâce à elle on accède plus facilement aux parents et futurs lutteurs grâce au bouche à oreilles et aussi permet l’accès aux installations sportives.

Chaque section conjointe doit impérativement créer un bureau de section avec au moins 2 personnes : un président et un trésorier de section : le rôle du président de section est le relationnel avec l’association partenaire et la commune d’implantation . Le rôle du trésorier de section est de bien récupérer les dossiers d’inscription complets, de remplir un fichier contact / inscription pour le trésorier du skol. Les 2 assurent avec d’autres la promotion locale du gouren et la participation à la vie associative de la commune. Président et trésorier de section sont automatiquement vice-présisents et vice-trésoriers de l’association mère.

A tout moment, la section peut prendre son autonomie pour créer un skol à part entière.

Il ne faut pas croire que la section se décharge sur l’association mère de la vie associative. Mais celle-ci est moins lourde à porter et fait moins peur aux futurs bénévoles.

Un autre avantage de cette technique, est que si la section est en sommeil ou devrait s’arrêter, le skol d’origine continue d’exister en tant qu’association. Enfin le skol « mère » peut mutualiser pour toutes les sections des démarches administratives contraignantes (type reconnaissance Jeunesse et Sport). Le skol « mère » devient une plateforme de développement

Si Rennes est devenu en 2010/2011 le premier club de Bretagne ex aequo avec Quimper en nombre de licenciés (82 chacuns), c’est grâce à cela : une quarantaine d’adultes sur Rennes – Villejean, une 40aine d’enfants sur Pacé. Cette année nous espérons la centaine de lutteur (30 à 40 adultes, 60 à 70 enfants sur Pacé, une petite dizaine sur Parthenay de Bretagne, autant espérés sur Breteuil. Et nous espérons continuer à créer des sections sur d’autres petites communes périphériques de Rennes. Tout cela pour éviter trop de déplacements entre les sites pour les intervenants et les bénévoles, et pour se soutenir les uns les autres au niveau associatif. Contrairement à une idée reçu, créer des skols proches les uns des autres ne crée pas de concurrence, au contraire cela joue sur le bouche à oreille et nous permet de toucher un public potentiel plus large avec moins de forces associatives et d’investissements médiatiques.

Nota : la pratique enfants sur Skol Gouren Roazhon a dû quitter Rennes car nous n’étions pas assez visibles. Nous n’avons jamais vraiment décollé, et nous étions mêmes retombés à 8 lutteurs enfants il y a 4 ans, contre 65 cette année…